Avons-nous besoin de preuves pour croire en Dieu ?

Traduction de cet article du site One Reason. 

 

Dieu existe-t-il ? C’est la question dont j’ai constamment discuté avec des universitaires athées. La discussion est souvent mise en avant sous différentes formes, mais la prémisse est toujours la même : Dieu existe-t-il et quelles sont les preuves pour soutenir cette croyance ?

En fait, je dirais que nous n’avons pas besoin de preuves de l’existence de Dieu. La question elle-même doit donc faire l’objet d’un débat. Il ne s’agit pas de “Dieu existe-t-il ?”, mais plutôt de “quelles raisons avons-nous de rejeter Son existence ?”.

Maintenant, ne vous méprenez pas, je crois que nous avons beaucoup de bons arguments qui soutiennent une croyance en Dieu. Le point que je soulève ici, cependant, est que nous n’exigeons aucune preuve pour son existence : Dieu est une croyance axiomatique. En d’autres termes, l’existence de Dieu est une vérité auto-évidente (En épistémologie (théorie de la connaissance), une proposition self-evident est une proposition connue pour être vraie en comprenant son sens sans preuve,). Également connue comme une ” croyance de base ” dans le langage de la philosophie.

L’idée de vérités évidentes est acceptée par tous. Prenons l’exemple de la science : la science considère la réalité du monde comme une vérité évidente ; elle croit que le monde est réel. En d’autres termes, le monde physique est séparé et extérieur de notre esprit et de nos pensées.

Vous vous dites peut-être : ” Je crois que le monde réel est réel, comme je peux le toucher et le sentir. Je crois que le monde est réel parce que d’autres personnes disent aussi que le monde est aussi tangible pour elles qu’il l’est pour moi.

Cependant, cela ne prouve rien. Toucher et sentir quelque chose ne prouve pas que ce que vous touchez et ressentez est extérieur à votre esprit. La pensée et le sentiment peuvent tout simplement provenir du fonctionnement de votre cerveau. Considérez ceci ; peut-être que votre cerveau est dans un bocal sur la Lune. Il y a un extraterrestre qui y a placé des sondes, qui vous fait penser et ressentir ce que vous ressentez en ce moment.

Vous n’avez pas vraiment de preuves substantielles de la réalité du monde que vous vivez. Les preuves fondées sur l’expérience ne sont pas fiables, car l’expérience pourrait simplement être produite dans le cerveau. Les preuves fondées sur la philosophie ou la logique complexe sont aussi un produit de l’esprit. Le monde extérieur n’a peut-être pas d’existence réelle en dehors de ce qui se passe dans votre crâne.

En lisant ceci, vous pouvez exiger des preuves, des preuves que le monde réel est extérieur au cerveau… mais nous n’en avons aucune preuve. En fait, on n’en a pas besoin. C’est pourquoi nous appelons la croyance dans le monde réel un axiome, une vérité évidente ou une croyance fondamentale. Par conséquent, je dirais que rejeter l’existence de Dieu équivaut à rejeter que le monde est réel parce qu’ils sont tous deux des vérités évidentes.

Ce n’est pas une sorte de plaidoirie spéciale pour Dieu parce qu’il y a une myriade d’autres vérités et axiomes évidents auxquels nous croyons. Il s’agit notamment de :

• l’existence d’autres esprits

• L’existence de valeurs morales objectives

• l’existence de vérités logiques

• la validité de notre raisonnement

• La loi de causalité

Les vérités auto-évidentes, les axiomes et les croyances de base sont interculturels en ce sens qu’ils ne sont pas liés culturellement. Elles sont également innées en ce sens qu’elles ne s’acquièrent par aucune forme de transfert d’information et qu’elles sont également fondamentales. Ce que l’on entend par fondamental, c’est qu’il fournit la base d’une vision du monde cohérente. Ces aspects de vérités évidentes seront expliqués plus en détail tout en abordant les principales objections à cet argument.

 

OBJECTION #1 : QU’EN EST-IL DE LA GRANDE CITROUILLE OU DU MONSTRE SPAGHETTI ?

Il y a quelques objections à cet argument. Certains athées et sceptiques diront : “Et la grande citrouille, ou le monstre spaghetti ? Ils soulignent que si Dieu est une vérité évidente, si Dieu est axiomatique, alors pourquoi le monstre spaghetti ou la grande citrouille ne peuvent-ils pas être des vérités évidentes aussi ?

Il y a trois façons de traiter cette fausse affirmation :

1. Une croyance interculturelle : Le ” monstre spaghetti ” et la ” grande citrouille ” ne sont pas des tendances naturelles[1] Il n’y a pas de tendance naturelle générale à croire en un ” monstre spaghetti ” ou une ” grande citrouille “. Ce ne sont pas des tendances naturelles, ce sont des tendances culturellement liées. Par exemple, si je crois en un monstre spaghetti, il me faudrait avoir été élevé dans une culture où l’on vous enseigne les spaghettis et les monstres. Cependant, l’idée de Dieu, l’idée fondamentale sous-jacente d’un créateur, d’une cause surnaturelle pour l’univers, est interculturelle. Elle ne dépend pas de la culture mais la transcende, tout comme la croyance en la causalité et l’existence d’autres esprits.

2. Une croyance innée : Les croyances de base, les croyances axiomatiques et les vérités évidentes n’exigent pas le transfert de l’information. Pour que je comprenne ce qu’est un monstre spaghetti, j’ai besoin que des informations me soient transférées. Par exemple, j’ai besoin de connaître la cuisine occidentale et la culture italienne. Mais quand il s’agit de l’idée de l’existence de Dieu en tant que créateur de l’univers, vous n’avez besoin d’aucun transfert d’information, que ce soit de la culture ou de l’éducation. C’est pourquoi les sociologues et les anthropologues soutiennent que même si les enfants athées étaient bloqués sur une île déserte, ils en viendraient à croire que quelque chose a créé l’île déserte[2].

C’est très important à comprendre parce que nous entendons souvent ” Dieu n’est pas différent de croire au monstre spaghetti “. Ce n’est pas vrai. Si vous comprenez des vérités évidentes, des croyances axiomatiques et des croyances de base, vous verrez qu’elles ne nécessitent pas de transfert d’information. Le concept de base de Dieu n’exige pas le transfert d’informations. L’idée que les monstres existent, ou même que les spaghettis existent, nécessite un transfert d’informations. Le monstre spaghetti n’est donc pas une vérité auto-évidente.

3. Une croyance fondamentale : Le troisième point est que les croyances de base et axiomatiques sont fondamentales : elles fournissent une base pour une vision cohérente du monde. Elles répondent aux questions et facilitent la connaissance. Par exemple, l’existence de Dieu, explique l’émergence de la conscience, le fait que nous avons la conscience dans un monde matériel[3], elle répond aux questions auxquelles nous n’avons pas de réponse, comme la question du langage. Actuellement, les paradigmes évolutionnistes ne peuvent pas expliquer le développement du langage[4] Ils expliquent aussi l’existence de vérités morales objectives et offrent une base pour expliquer pourquoi les choses arrivent.

Appliquons ceci à une autre vérité évidente : la validité de notre raisonnement. Faire confiance à nos esprits et au fait même que nous pouvons trouver la vérité par l’usage de notre raison est une croyance fondamentale. Si nous n’avions pas une telle croyance, comment pourrions-nous faire confiance à notre esprit ? Comment pourrions-nous raisonner ? Comment pourrions-nous comprendre l’univers et nous-mêmes ? Ces questions sont révélatrices de la nature fondamentale de la validité de notre raisonnement.

L’existence de Dieu fournit une base pour une vision cohérente du monde, facilite la connaissance et répond à des questions fondamentales clés. La croyance au monstre spaghetti ou à la grande citrouille ne sert que de base à quelques rires.

OBJECTION #2 : LA CROYANCE EN UNE TERRE PLATE N’ÉTAIT-ELLE PAS UNE VÉRITÉ AUTO-ÉVIDENTE ?

Une autre objection est la croyance que la terre était plate. C’était autrefois une vérité évidente, c’était une croyance de base. Au fur et à mesure que la science a progressé, nous avons constaté que ce n’est pas le cas. Nous savons maintenant que le monde est rond. Je ne veux pas entrer dans une grande discussion philosophique sur les croyances fondamentales ou les vérités évidentes et si elles peuvent être changées par des preuves scientifiques futures, mais ce que je vais dire c’est que ce problème n’est pas applicable à l’existence de Dieu. Dieu, par définition, est un être non observé et est en dehors de son univers. Par exemple, si je fabriquais une chaise, je resterais évidemment distinct et disjoint de la chaise. Je suis à l’extérieur de la chaise. De même, le créateur est distinct et extérieur à l’univers[5] Par conséquent, le créateur ne peut être observé. On ne peut pas observer ce qui est en dehors de notre univers. Donc, de ce point de vue, l’objection ne s’applique pas : elle ne s’applique qu’aux choses qui peuvent être observées.

La science est basée sur une théorie de la connaissance appelée Empirisme. L’empirisme découle de l’idée que l’on ne peut avoir la connaissance de quelque chose qu’à partir de l’expérience basée sur l’observation directe ou indirecte[6] Un rejet empirique de Dieu est impossible car il exige des preuves par observation pour tirer des conclusions. Il est absurde de nier quelque chose qui ne peut être observé, en utilisant la théorie de la connaissance qui ne peut que former des conclusions basées sur des observations. Le monde scientifique ne peut jamais nier l’existence de Dieu parce que la science ne peut traiter que des choses que vous pouvez observer. C’est pourquoi le philosophe de la science Elliot Sober, dans son essai Empiricism affirme que la science est limitée aux questions que l’observation peut expliquer:

“À tout moment, les scientifiques sont limités par les observations qu’ils ont sous la main… la limite est que la science est forcée de restreindre son attention aux problèmes que les observations peuvent résoudre[7].

Dieu n’est pas observé. Comment pouvez-vous utiliser le monde observé pour nier ce qui ne peut être observé ? C’est impossible. C’est pourquoi la science ne peut jamais rejeter directement l’existence de Dieu. Il ne peut faire qu’une ou deux choses :

1. Gardez le silence sur la question

2. Suggérer quelques preuves qui peuvent être utilisées pour déduire son existence

Une réponse commune à cette réponse est la suivante : “Si on ne peut pas l’observer, on ne peut pas le croire”. C’est une affirmation déplacée car les observations n’englobent pas tous les phénomènes. Il y a beaucoup de choses en lesquelles nous croyons et que nous ne pouvons pas observer. Le philosophe John Cottingham expose ce problème dans son livre Rationalism :

“Mais qu’en est-il de ” toute l’eau à une pression atmosphérique donnée bout à 100 degrés Celsius ” ? Étant donné que cette déclaration prend la forme d’une généralisation universelle sans restriction, il s’ensuit qu’aucun nombre fini d’observations ne peut établir de façon concluante sa vérité. Un autre problème, peut-être encore plus inquiétant, est que lorsque nous atteignons les niveaux supérieurs de la science… nous avons tendance à rencontrer des structures et des entités qui ne sont pas observables dans un sens simple. Les atomes, les molécules, les électrons, les photons et autres sont des constructions théoriques très complexes…ici nous semblons très éloignés du monde de l’observation empirique directe…”[8].

OBJECTION #3 : LA CROYANCE EN DIEU N’EST PAS UNIVERSELLE

Une dernière objection clé est que puisque les vérités auto-évidentes doivent être universelles, l’existence de millions d’athées dans le monde entier suggère que l’existence de Dieu n’est pas évidente. Il y a deux raisons pour lesquelles cette objection est fausse :

1. Les vérités évidentes ne doivent pas nécessairement être universelles : Les vérités évidentes, les croyances de base ou les axiomes peuvent être individualisés et n’ont pas besoin d’avoir un attrait universel. Prenez par exemple votre mère ; vous avez une croyance de base que la dame que vous appelez votre mère est celle qui vous a donné naissance. Vous n’avez pas de trousse de test ADN à domicile et acceptez le fait qu’elle est votre mère parce que pour vous c’est évidemment vrai. Cependant, pour quelqu’un d’autre, la dame que vous appelez votre mère pourrait être votre tante, votre belle-mère ou votre tuteur adoptif. Les croyances fondamentales et les vérités évidentes ne doivent pas nécessairement être universelles. Ils peuvent être individualisés.

2. La foi en Dieu est universelle : malgré le nombre d’athées dans le monde, la foi en Dieu est universelle. Une croyance universelle ne signifie pas que chaque personne sur la planète doit y croire. Un consensus interculturel est une preuve suffisante pour étayer l’affirmation que l’existence de Dieu est une affirmation universelle. Il y a évidemment plus de théistes que d’athées dans le monde, et cela a toujours été le cas depuis le début de l’histoire enregistrée.

Pour que les athées et les sceptiques contestent efficacement cette thèse, ils devront expliquer que Dieu n’est pas une vérité auto-évidente. Ils devront expliquer que Dieu n’est pas une croyance fondamentale, qu’il est culturellement lié et qu’il n’est acquis que par le transfert d’informations.

 

REFERENCES

[1] Is Belief in God Properly Basic. Alvin Plantinga. Noûs. Vol. 15, No. 1, 1981 A. P. A. Western Division Meetings (Mar., 1981), pp. 41-51. You can find the journal online here: http://www.jstor.org/stable/2215239.
[2] BBC Radio 4 Today, 24 November 2008 http://news.bbc.co.uk/today/hi/today/newsid_7745000/7745514.stm. Accessed 17 December 2014.
[3] For more on this please read “Consciousness and the New Scientist Magazine”, Hamza Andreas Tzortzis, 2014. http://www.iera.org/research/essays-articles/consciousness-and-the-new-scientist-magazine-reflections-on-false-materialist-assumptions-hamza-tzortzis. Accessed 17 December 2014.
[4] “This highlights an important and difficult challenge facing the study of language evolution: the need for cooperation between different disciplines and between researchers working on different aspects of the problem. Without this cooperation a satisfactory account of the evolution of human language, and therefore of human language itself, is likely to be elusive.” ([Prefinal Draft] Kirby, S. (2007). The evolution of language. In Dunbar, R. and Barrett, L., editors, Oxford Handbook of Evolutionary Psychology, pp. 669–681. Oxford University Press.)
[5] “To Ibn Taymiyya, the term ‘created’ implies something distinct and disjoined from God…” (Perpetual Creativity in the Perfection of God: Ibn Taymiyya’s Hadith Commentary on God’s Creation of this World. Jon Hoover. Journal of Islamic Studies 15:3 (2004) pp. 296.)
[6] Elliot Sober “Empiricism” in The Routledge Companion to Philosophy of Science. Edited by Stathis Psillos and Martin Curd. 2010, p. 129.
[7] Ibid, pp. 137-138.
[8] John Cottingham. Rationalism. Paladin. 1984, pp. 109 -110.

Auteur de l’article : Rayan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *