La normalisation insidieuse de l’homosexualité par les autorités religieuses musulmanes

Toute “conversation” ou “débat” sur “l’opportunité de s’allier ou non avec les groupes LGBT et de soutenir leur cause” est une distraction. C’est une distraction qui détourne notre attention du vrai dhulm (injustice), du vrai fasad (perversité) qui est en train de se forger sur l’humanité et la Oummah.

Partout dans le monde, le programme de normalisation des LGBT est imposé par la force. En Occident, les villes et les États adoptent rapidement des lois et des règlements LGBT qui ont un impact sur les masajid (mosquées), les écoles islamiques, le système d’éducation publique lui-même, les politiques de discrimination en matière d’emploi, les pratiques commerciales, etc. Les musulmans, comme les non-musulmans, sont menacés d’emprisonnement s’ils retirent leurs enfants des écoles où l’on enseigne le normalisation de l’homosexualité. Les enfants sont arrachés à leurs parents si ces derniers hésitent à “faire passer” leurs enfants “transsexuels” par castration chimique. Pendant ce temps, le déluge constant de contenu médiatique et d’éducation pro-LGBT garantit que les enfants seront confus, beaucoup d’entre eux tombant dans de sérieux doutes sur une religion qui est fondamentalement opposée à tout cela.

Mais ne vous inquiétez pas ! Les imams bisounours s’assureront que vos enfants ne connaissent pas la position de l’Islam sur les LGBT. Ils travaillent très dur pour apprendre à vos enfants et à vos épouses que l’Islam tolère “tout le monde” quoi qu’il arrive !

Cette marche arc-en-ciel du progrès et de la liberté défonce méthodiquement toutes les portes, sans faire de prisonniers, et nous voilà, en tant que communauté, en train de débattre des avantages et des inconvénients d’une alliance avec les groupes qui font cela ? Quelle plaisanterie ! Quelle diversion soigneusement conçue.

Plutôt que de débattre de quelque chose qui est catégoriquement haram, nous devrions discuter de la meilleure façon de nous défendre et de défendre la race humaine. Nous devrions discuter de la Sunnah de Lut (Loth, paix sur lui) et de la façon dont il ne se faisait pas d’illusions sur ce que les musrifun* qui frappaient à sa porte étaient vraiment. Lut a-t-il discuté des avantages et des inconvénients de s’allier avec son peuple et de former des coalitions ? Lut réfléchissait-il aux “valeurs communes” et à la “vision commune” qu’il avait avec son peuple ?

Vous savez qui penserait que les alliances et la formation de coalitions entre les croyants et le peuple de Loth ont de la valeur ?

La femme de Lut.

Maintenant, laissez-moi vous raconter la véritable histoire de l’Islam américain.

Certains musulmans d’Amérique s’efforçaient vraiment d’être acceptés dans le courant dominant américain. Ils étaient financièrement aisés, ils jouissaient d’une sécurité générale et ils pouvaient pratiquer l’islam plus ou moins sans entrave.

Pourtant, cela ne leur suffisait pas. Certains de ces musulmans voulaient également gravir les échelons sociaux. Ils voulaient côtoyer l’élite. Ils voulaient occuper des postes prestigieux dans les universités, se présenter à des élections, être présentés dans les médias grand public, atteindre le sommet et profiter des bienfaits du rêve américain. Et ces musulmans citaient souvent d’autres minorités religieuses, en particulier les juifs, comme modèle de réussite.

Cette ascension vers le sommet n’a pas toujours été facile. De temps à autre, des valeurs religieuses gênantes se mettaient en travers de leur chemin. Interdiction de la promiscuité avec le sexe opposé. Interdiction de faire riba (emprunt avec intérêt usuraire). Interdiction de participer aux fêtes de fin d’année des autres religions, etc. S’en tenir fermement à l’islam, c’est être visiblement différent de la masse non-musulmane, ne pas s’intégrer et donc ne pas profiter des avantages de l’assimilation.

Mais quelque chose d’important s’est produit. L’imam bisounours était né ! Il est rapidement venu à la rescousse pour assurer à ses dévoués adeptes de snapchat/insta/facebook/youtube qu’il y avait une place pour l’ijtihad (effort d’interprétation) dans ces questions et qu’il y avait un “ikhtilaf” (divergence) quelque part, d’une manière ou d’une autre. Donc, pas de soucis ! Profitez-en ! Il n’y a absolument aucun conflit entre le fait d’être musulman et celui d’être un Américain dévoué ! En fait, les musulmans sont les plus américains de tous les Américains qui se sont jamais américanisés.

Cette situation a perduré jusqu’à il y a quelques années, lorsque la définition de ce qu’est un bon Américain a soudainement changé. Aujourd’hui, tous les bons Américains soutiennent les droits des LGBT. C’est parce que les Bons Américains sont tolérants et aiment la liberté pour tous. Et même si vous n’aimez pas personnellement pénétrer dans le rectum d’un autre homme ou vous faire pénétrer, VOUS FERIEZ MIEUX de soutenir ceux qui y prennent plaisir.

Maintenant, que devaient faire les musulmans américains qui aspiraient à s’insérer dans le top de la société ?

Les imams bisounours étaient dans une impasse. Ils ne pouvaient pas laisser tomber tous leurs amis militants, tous leurs alliés de la justice sociale (SJW). Alors ils se sont contentés de fermer leur bouche. Ils ont évité le sujet comme la peste. Ils ont cessé d’enseigner quoi que ce soit sur l’histoire de Lut et espéraient que personne ne le remarquerait.

Mais le problème n’a pas disparu. Il a empiré. Ils ont donc dû dire quelque chose et cela devait être conforme à leur marque d'”orthodoxie compatissante”. Leur solution était boiteuse, mais elle a fait son travail. Faire une distinction arbitraire entre le politique et le moral. Dire que “les musulmans ne sont pas d’accord avec la moralité des LGBT, mais nous soutenons leurs droits politiquement”. Après tout, nous, les “minorités”, devons nous défendre les uns les autres contre le MAL de la HAINE”.

Génial ! Maintenant, les musulmans américains peuvent s’intégrer parfaitement dans la société, côtoyer les élites du monde universitaire, des médias, de la politique, peut-être même aller à une marche des fiertés (gay pride) ou deux et ne pas avoir l’impression de violer les principes de l’Islam.

La compassion n’est-elle pas merveilleuse ?

Et si quelqu’un ose faire éclater cette bulle en faisant remarquer que cela n’a absolument aucun sens, ni du point de vue logique ni du point de vue islamique, il suffit de revenir aux bons vieux classiques : “Il y a l’ikhtilaf”, “C’est une question d’ijtihad”, “Il y a clairement maslaha/mafsada ici” (avantages/inconvénients), et le toujours pertinent, “Où as-tu étudié pour te permettre de donner ton avis? !”

FIN

Ce sont donc ces “conversations” qui ont lieu. Ces imams bisounours ne sont pas idiots. Ils savent dire tout ce qu’il faut pour ne pas passer pour des traitres.

“Bien sûr, nous ne pensons pas que les LGBT soient moralement corrects.”

“Bien sûr, nous devons nous en tenir aux principes islamiques.”

“Bien sûr, nous ne compromettrons pas notre din dans le mouvement LGBT.”

^^ tout ce qu’il faut pour rassurer leur public captivé sur le fait qu’il s’agit d’imams orthodoxes et vertueux.

Mais ensuite, une fois que tout le monde est bercé d’un faux sentiment de sécurité, ils mettent le vrai message.

“Il y a place pour un désaccord sur la question de savoir si les musulmans doivent soutenir les droits des LGBT. Il s’agit d’un ijtihad personnel et aucun musulman ne devrait jamais condamner un autre musulman qui choisit de s’allier à eux et de rejoindre de larges coalitions avec eux. Quiconque n’est pas d’accord est un néophyte extrémiste kharijite takfiri qui ne comprend pas la nuance et la belle complexité de notre tradition savante”.

Mission accomplie ! Vous avez réussi à faire passer quelque chose qui est catégoriquement haram comme une option viable qui est soutenue par la tradition savante ! Et puis vous pouvez avoir une conversation respectueuse sur les avantages et les inconvénients de telles alliances, en hochant solennellement la tête à chaque phrase. Et tout le monde rentre chez soi en se disant : “Wow, c’était vraiment respectueux. Toutes nos conversations communautaires devraient être comme ça !”

Ils ne savent pas qu’ils ont été victimes de la fenêtre d’Overton. Si vous pouvez contrôler les limites du débat acceptable, vous donnez aux gens l’impression que vous encouragez le dialogue et le débat alors qu’en réalité, vous l’étouffez. L’imam bisounours insiste fortement sur le fait qu’il y a place pour un désaccord sur la question de savoir s’il faut ou non soutenir et s’allier avec le peuple de Lut des temps modernes. C’est comme insister sur le fait qu’il y a place pour un débat sur la question de savoir s’il faut ou non s’allier avec un cancer qui envahit votre corps. Quoi ?! Le cancer préfère certainement que nous ayons des conversations respectueuses sur les avantages et les inconvénients de s’allier avec lui plutôt que des conversations sur la meilleure façon de l’exciser.

Alors oui, l’imam bisounours insiste fortement sur le fait qu’il y a place pour un désaccord sur la question de savoir s’il faut ou non soutenir et s’allier avec le peuple de Lut des temps modernes. Mais il ne reconnaîtra JAMAIS la possibilité de ne pas être d’accord sur la question de savoir s’il faut ou non s’y opposer politiquement. Il ne proposera jamais sérieusement de s’organiser politiquement contre lui, de s’allier avec les “fondamentalistes religieux” qui s’y opposent, de travailler “sur le terrain” et de protester contre lui. Ces options sont hors de question car cela est en contradiction avec la LIBERTE ET LA TOLÉRANCE ET LA JUSTICE SOCIALE POUR TOUS. Seuls les bigots et les semeurs de haine s’opposent aux droits des LGBT, comme l’élite américaine nous le dit en termes très clairs. Ces positions, c’est-à-dire les positions correctes, ne sont donc jamais admises dans le “débat”, pas un débat sous la surveillance de l’imam bisounours en tout cas.

Et lorsque la conversation respectueuse est terminée, l’imam bisounours rentre chez lui et dort tranquillement en sachant qu’il a laissé juste assez de place aux musulmans pour qu’ils soient de bons Américains brandissant le drapeau arc-en-ciel. Vous savez. De vrais Américains. C’est tout ce qu’il avait à faire et il l’a fait sans que quiconque le sache.

Mais vous savez, cher lecteur. Et Allah le sait.

Daniel Haqiqatjou

*Les polythéistes, les pécheurs et les transgresseurs, ceux qui abandonnent la vérité et suivent le mal, et commettent toutes sortes de grands péchés.

1 Comment

  1. Bonjour, je suis chrétienne et notre champion bisounours à nous, c’est le Pape François. Il est pareil : en répétant qu’il faut aimer tout le monde il impose qu’il faut accepter tous les comportements comme une option possible, et en même temps il en profite pour trahir tous les enseignements du Christ. Or ce n’est pas ce que dit la Bible. L’homosexualité, et encore plus les transexualité et autres dérives, ne sont pas du tout à encourager comme une option parmi d’autres. Vous savez, je regarde ça de loin et je vois simplement qu’il y a une grande bataille entre le Bien et le Mal qui s’accélère. Et le Mal utilise toujours les faux prophètes pour s’installer. Nous ne pouvons rien faire, c’est un projet mondial appuyé par les politiques, les multinationales, les “associations” internationales, les gouvernements. Il faut prier et transmettre nos Saintes Ecritures à nos enfants pour qu’ils ne se laissent pas piéger par ces gens. Prier pour sauver notre âme et pour qu’à la fin des temps, nous soyons sauvés et non pas jetés dans la géhenne. Paix à vous, et courage. Isa ibn Maryam nous sauvera.

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*