Comment les ONG occidentales utilisent leur aide pour attaquer l’islam et modifier la société musulmane.

Les ONG qui soutiennent les musulmans pauvres sont-elles une bonne chose pour nous ?

L’été dernier, je me suis rendu à Harvard pour étudier la pratique du développement durable sous la direction d’un éminent professeur dans ce domaine. Personnellement, je travaille au financement de projets de développement pour les musulmans du Moyen-Orient, ce qui m’a permis de mieux gérer ces projets.

Je dois avouer, cependant, que ce cours m’a donné beaucoup plus que ce que j’avais demandé.

Parfois, je restais assis silencieusement, les mains sur la bouche, les yeux grand ouverts, regardant sans détour le professeur dans les yeux alors qu’il m’enseignait soigneusement comment éloigner les musulmans, mes propres frères et sœurs, de l’Islam.

Je sais, c’est dingue.

Je suis venu ici pour apprendre à gérer des projets de développement, pour couvrir les besoins de base d’une communauté et la sortir de la pauvreté. Je suis venu apprendre des choses comme l’ouverture d’un hôpital dans les camps de réfugiés, la fourniture d’eau potable aux communautés rurales ou la construction d’installations sanitaires adéquates dans les zones urbaines denses.

Je ne suis PAS venu pour apprendre comment “émanciper” les femmes, promouvoir l’homosexualité, ou lutter contre les lois criminalisant la fornication. Mais ces thèmes ont toujours été entrelacés à chaque discussion que nous avons eue.

Dans les classes initiales, nous recevions des cours sur les fondements du développement durable ET les fondements du féminisme. Pourquoi ?

Il s’avère que, dans le domaine du développement durable, ce ne sont pas des sujets différents. Les piliers du développement durable sont ce que l’on appelle les trois E : économie, environnement et équité.

Il s’agit d’assurer la croissance économique d’une société d’une manière durable sur le plan environnemental tout en assurant une société équitable. C’est dans ce dernier E que réside tout le poison. On ne peut pas avoir “l’équité” quand il y a des rôles différents pour les hommes et les femmes dans une société, quand les homosexuels sont traités différemment des hétérosexuels, quand la fornication n’est pas l’égale du mariage.

Toutes les propositions de projets de développement comprennent une section spécifique sur ce troisième pilier. Quel est le plan pour rendre la société “équitable” ? Quel est le montant des fonds qui y sont consacrés ? Qui sont les parties concernées ?

Arriérés

Le professeur se plaignait de temps en temps de la façon dont ces hommes musulmans traditionnels et arriérés résisteraient à ses projets au Bangladesh parce qu’il voulait que toute la population féminine quitte la maison pour aller travailler. Son but n’est pas seulement de les sortir de la pauvreté, il veut socialiser toute la région pour qu’elle devienne un Paris au milieu du Bangladesh.

D’autres fois, il se souvenait de l’époque où l’Ouganda s’est ouvert à l’homosexualité. Les ONG ont bloqué des millions de dollars de fonds de développement pour la réduction de la pauvreté quand elles ont appris que l’Ouganda criminalisait le comportement homosexuel. Ils étaient prêts à maintenir des communautés entières dans une pauvreté misérable jusqu’à ce que la sodomie entre hommes puisse être ouvertement pratiqué.

La majorité des pays musulmans étant considérés comme “en développement”, les ONG du monde entier versent de l’argent pour les aider à se développer. Mais comment les musulmans devraient-ils réagir à cela ? Prenons l’exemple de Bill Gates, qui investit à lui seul des milliards dans des projets de développement dans le monde entier, et son dernier rapport est très clair sur leurs priorités : recréer les normes occidentales d'”équité” même si cela signifie détruire une culture et bouleverser l’ensemble de son système de valeurs et sa religion.

L’UE, par exemple, a économisé des milliards pour le développement de la Syrie une fois le conflit terminé, mais quelles seront, selon vous, les conditions du transfert de ces fonds ? Des ONG comme Amnesty International ont déjà commencé leur travail en Syrie :

“Des dizaines de personnes ont été condamnées à la flagellation pour vol et voies de fait ainsi que pour des actes qui, en vertu du droit international des droits de l’homme, ne doivent pas être érigés en infractions pénales. Ces actes comprenaient la participation à des manifestations pacifiques et à des rassemblements culturels, des relations extraconjugales et des fêtes mixtes.”

https://reliefweb.int/sites/reliefweb.int/files/resources/MDE0194332019ENGLISH.PDF

Étudier tout cela à Harvard a été un réveil brutal. L’éthique et le développement ne sont pas séparés. Les pays occidentaux ne peuvent pas se contenter d’aider les communautés musulmanes pauvres sans une telle ingénierie sociale derrière.

Alors, qu’est-ce qu’on fait ?

Évidemment, cela ne peut pas être ignoré. Chaque projet doit être étudié au cas par cas pour déterminer les mesures à prendre en fonction des circonstances, mais il faut se rendre compte que les valeurs occidentales qui sont en total opposition à l’Islam sont directement exportées à travers tous ces projets.

Et pour être clair, le développement et l’éthique ne sont pas non plus séparés pour nous, musulmans, chaque fois que les musulmans sont en mesure de fournir de l’aide. La différence, cependant, c’est que les musulmans encouragent les gens à se rapprocher du Haqq, tandis que le développement libéral occidental pousse le batil, le fahisha et la destruction de la morale.

Abdul Rahman Al-Sumait est un exemple musulman contemporain, qu’Allah lui fasse miséricorde. C’était un médecin koweïtien qui a passé 29 ans à faire du travail de développement en Afrique. Onze millions de personnes converties par la volonté d’Allah puis ses efforts, 5700 mosquées construites, 95 000 étudiants parrainés, 15 000 orphelins pris en charge, 860 écoles, 4 universités, 124 hôpitaux, 9500 puits construits, et ainsi de suite.

Voici le genre de personnes que nous voulons pour venir en aide à nos pauvres frères et sœurs à travers le monde, pas des ONG “humanitaires, areligieuses, apolitiques”.

Auteur de l’article : Rayan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *