Convergence des luttes (2)

Les minorités musulmanes devraient-elles s’engager dans la formation de coalitions avec des groupes non musulmans ?

Bismillah.

Imaginons deux scénarios concrets : 1) Une coalition entre les musulmans et un groupe sioniste 2) une coalition entre musulmans et un groupe LGBT.

La création d’une coalition doit se faire avec une vision large de ce que la formation de cette coalition coûtera à court terme et à long terme.

Il faut une analyse coûts-avantages honnête et sobre qui tienne compte à la fois du matériel et du spirituel.

Par exemple, un partenariat avec des groupes sionistes peut avoir de nombreux avantages pour les musulmans américains sur le plan politique. Mais ces partenariats pourraient être présentés comme une reconnaissance musulmane ou une concession à des politiques sionistes qui nuiraient aux Palestiniens ou à l’Oummah dans son ensemble. C’est un coût important.

Ou, par exemple, certains groupes LGBT soutiendront les musulmans, mais seulement à la condition que les musulmans leur rendent la pareille en soutenant les causes LGBT. Ou, à défaut de cela, ils s’attendent à ce que les imams et les leaders qu’ils n’enseignent pas à leurs communautés que les actes homosexuels ou transgenres sont immoraux. En d’autres termes, vous ne pouvez pas marcher avec la coalition LGBT le jeudi et ensuite donner une khutbah sur le peuple de Lot le vendredi. C’est la contrepartie.

Encore une fois, c’est un coût important.

Ce n’est pas un accord que nous devrions accepter parce que cela signifie que nous censurons à toutes fins pratiques notre propre religion et que nous évitons de discuter de questions importantes qui affectent la foi de la communauté musulmane d’aujourd’hui.

S’il y a un doute que la communauté musulmane est confuse sur la question de la sexualité et du comportement homosexuel, il suffit de regarder les statistiques sur le pourcentage de jeunes musulmans s’engageant dans ces comportements et combien pensent qu’il n’y a rien de mal à un comportement sexuel entre “deux adultes consentants de n’importe quel sexe”. Regardez le nombre croissant des membres d’associations musulmanes à l’université qui organisent des événements de célébration et de renforcement des LGBT. C’est quelque chose dont nous devrions tous être profondément préoccupés parce que lorsque l’éthique sexuelle islamique disparaît, c’est un moyen de destruction pour l’iman de la communauté en général et il y a d’innombrables exemples dans le Coran, la Sunnah et l’histoire qui en attestent.

Le fait est qu’il ne s’agit en aucun cas d’un prix bon marché à payer pour une telle coalition, et ce que l’on espère en retirer ne vaut manifestement pas ce prix élevé.

En fin de compte, les coalitions sont bonnes en principe, même avec les groupes avec lesquels nous sommes fortement en désaccord, comme l’ont expliqué les chercheurs du passé et du présent. Et nous pouvons souligner comment même le Prophète, que la paix soit sur lui, engagé dans des accords et des coalitions avec les infidèles (Hudaybiyyyah, Hilf al-Fudul, etc.).

Mais n’oublions pas que le Prophète s’exprimait en même temps contre l’incrédulité, prêchant contre elle, luttant contre elle. En d’autres termes, le fait de travailler avec des mécréants n’a pas affecté le message concernant la mécréance. Et les Sahabas ne risquaient pas d’être confus à propos de la mécréance.

Avec certaines coalitions (mais pas toutes) aujourd’hui, ce n’est clairement pas le cas. La communauté est terriblement confuse et il y a un grand besoin de clarification. Mais encore une fois, il est difficile de manifester le jeudi et de faire une khutbah de clarification le vendredi. C’est le problème.

Mais si ces deux choses peuvent se produire main dans la main, où la marche avec le groupe X a lieu et est diffusée le jeudi et la khutbah clarifiante a lieu le vendredi et est *également* diffusée, laissant ainsi la communauté sans doutes et confusions, alors, par tous les moyens, collaborons. Sans cela, l’iman des gens est en jeu, que nous choisissions de l’accepter ou non.

Sans aucun doute, je ne peux qu’aimer ceux qui cherchent par ces coalitions à protéger leurs compagnons musulmans et à faire face aux injustices à tous les niveaux. Je ne mets pas en doute leur sincérité ; je l’admire. C’est exactement la raison pour laquelle je les supplie de reconnaître ce faux pas, et c’est pourquoi je souhaite que leur présence en première ligne de nombreux combats ne soit pas contre-productive. Je demande à Allah de nous guider et de nous pardonner.

Daniel Haqiqatjou

Auteur de l’article : Rayan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *