La démocratie n’est pas le meilleur moyen de sélection

Est-ce la raison pour laquelle la démocratie ne peut fonctionner ? Une étude publiée récemment a montré que les humains sont trop stupides pour choisir la bonne personne pour nous diriger.

Selon cette théorie, le processus démocratique repose sur la supposition que la majorité des citoyens sont capables de reconnaître le meilleur candidat politique, ou la meilleure idée politique.

Mais un nombre croissant de recherches ont mis en évidence que le processus démocratique produit de médiocres leaders et de mauvaises politiques.

Une recherche menée par le professeur David Dunning, psychologue à l’Université Cornelle, montre que les gens incompétents sont intrinsèquement incapables de juger la compétence des autres, ou la qualité de leurs idées.

Par exemple, si une personne n’a aucune expertise en matière de fiscalité, il est très difficile pour elle d’identifier le candidat qui est un expert en la matière. Ils manquent simplement d’outils intellectuels nécessaires pour faire des jugements censés.

Ainsi, la masse d’informations diffusée sur les candidats ne pourra pas contrer le fait que la plupart des électeurs sont incapables d’évaluer correctement des candidats.

Dunning explique : “De très bonnes idées sont difficiles à adopter par les gens, parce que la plupart des gens n’ont pas la capacité de reconnaître la qualité de ces idées.”

Ces recherches expliquent que les élections donnent le choix aux gens, mais ne produisent pas le meilleur résultat en matière de qualité des candidats élus.

Dunning et son collègue le professeur Justin Kruger ont démontré à de nombreuses reprises que les gens se voilent la face par rapport à leurs compétences intellectuelles.

Lorsque les chercheurs ont testé la capacité des gens à évaluer le niveau d’une situation comique, de justesse de tournure grammaticale ou encore leur propre performance aux échecs, le duo a trouvé que la plupart des gens considèrent leur niveau supérieur à la moyenne – même des gens qui, lorsqu’ils sont testés, ont un niveau extrêmement faible.

“Nous ne pouvons discerner ni nos propres compétences ni les compétences des autres. Dans la mesure où vous êtes incompétent, vous ne pouvez prétendre juger à l’incompétence des gens.” explique le Prof Dunning.
La raison est simple “Si vous avez des lacunes dans vos connaissances dans un domaine donné, vous n’êtes pas en mesure d’évaluer vos propres lacunes et encore moins celles des autres”
étrangement toutefois, dans ces expériences, les gens ont tendance à s’entendre facilement et avec précision sur les personnes les moins performantes tout en ne reconnaissant pas les meilleurs.
Les personnes vraiment ignorantes peuvent être les plus mauvais juges des candidats et des idées, mais nous souffrons tous d’un certain degré de cécité découlant de notre manque d’expertise.

Dr Mato Nagel, sociologue allemand, a récemment mis en oeuvre les théories de Dunning et Kruger en simulant par ordinateur une élection démocratique.
Dans son modèle mathématique de l’élection, il a supposé que les compétences de leadership des électeurs étaient réparties sur une courbe en cloche – certains sont de vraiment bon leaders, d’autres de très mauvais, mais la plupart sont simplement médiocre – et que chaque électeur était incapable de reconnaître les compétences en leadership d’un candidat politique comme étant meilleures que les siennes.
Lorsqu’une telle élection a été simulée, les candidats dont les compétences en leadership n’étaient que légèrement meilleures que la moyenne ont toujours gagné.
Le Dr Nagel a conclu que les démocraties élisent rarement ou jamais les meilleurs dirigeants.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*