L’ancien monde

“Mon père décrivait comment, lorsqu’il était enfant en Iran, quand quelqu’un avait un os cassé, il ne voulait pas aller chez le médecin. À l’époque, les bouchers faisaient des visites à domicile pour plâtrer les os cassés des gens. Les boucheries étaient idéales pour cela parce qu’elles comprenaient l’anatomie de base grâce à leur travail et que chaque quartier en avait une.

Le boucher visiterait votre maison et utiliserait de la farine et des œufs pour faire un plâtre afin de garder l’os cassé en place. Il le faisait gratuitement et le considérait comme une sadaqa pour le bien d’Allah. Il s’avère que les bouchers étaient généralement plus religieux en raison de leur connaissance de l’abattage halal. Après le travail, le boucher recherchait les familles qui avaient besoin de ce service et aidait consciencieusement ceux qui en avaient besoin.

En écoutant mon père décrire tout cela, j’ai pensé, wow, regardez comme les choses sont différentes aujourd’hui ! Aujourd’hui, il semblerait primitif pour un boucher de faire ce genre de travail. Nous avons une meilleure technologie médicale, de meilleurs services.

Mais qu’est-ce qui a été perdu ? Qui est en train de chercher à accomplir ces services vitaux sans frais, purement pour le bien d’Allah ? Quel genre de liens communautaires et familiaux existent quand les gens se soucient les uns des autres, se rendent chez les autres, s’entraident ? Le boucher aide la communauté de cette façon, et d’autres aident le boucher d’autres façons.

Je ne veux pas dire qu’il n’y a pas de charité aujourd’hui ou que les gens en médecine ou ailleurs ne se soucient pas d’aider les gens. Ce que je veux dire, c’est qu’il faut examiner les différences structurelles entre les sociétés passées et les sociétés modernes. La structure fait une énorme différence dans la façon dont les gens non seulement organisent leur vie, mais aussi comment ils se voient eux-mêmes et voient le monde. Aujourd’hui, surtout dans un Occident supposé supérieur, pouvez-vous vous attendre à ce que les voisins vous aident en cas de besoin (peut-être pas pour des os cassés, mais pour d’autres choses) ? Peut-être une ou deux fois, mais pourquoi pas régulièrement ? Êtes-vous prêt à aider vos voisins de cette façon ? Nous vivons plutôt dans une société atomisée où les individus dépendent des entreprises et des structures étatiques.

Quand on regarde les directives de l’Islam, beaucoup de choses ont pour but d’inculquer ce genre de communauté. Combien de fois Allah et Son dernier Messager (que la paix soit sur lui) nous ordonne-t-il d’aider ceux qui sont dans le besoin, d’être bons envers les parents et les proches parents ? Aider les voisins, les personnes âgées, les jeunes, les voyageurs, les malheureux, etc ? Nous le savons, mais nous devrions réfléchir aux structures sociales qui entravent ou renforcent l’opérationnalisation de ces directives. Une grande partie des structures du monde moderne handicapent ces efforts de telle sorte que nous finissons par vivre froids, solitaires, séparés des gens, et à leur place, entourés d’institutions capitalistiques et étatiques qui nous conduisent jusqu’à la tombe.”

Daniel Haqiqatjou

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*