Le Jihad est-il seulement défensif ?

L’Islam s’est-il répandu par l’épée ? OUI ! Mais aussi non.

L’islam s’est répandu à travers le monde par de nombreux moyens, dont le commerce, la diplomatie, le prosélytisme et, oui, la conquête militaire ou ce que l’on appelle le jihad at-talab ou jihad offensif. La plus grande expansion de l’empire islamique s’est produite dans les cent années qui ont suivi la vie du prophète Muhammad, paix et salut sur lui, ainsi que sous le règne des califes vertueux (Abu Bakr, Omar, Othman, Ali).

Mais contrairement à la conquête militaire d’autres religions comme l’hindouisme et le christianisme, les conquérants musulmans n’ont pas forcé les peuples conquis à se convertir à l’islam. Ils les appelaient plutôt ahl al-dhimma ou dhimmis, ce qui signifie le peuple protégé. Ils n’étaient pas obligés de se convertir sous la menace de l’épée.

Nous pouvons garder toute la question des dhimmis pour un autre article, mais le fait est que, oui, l’islam s’est répandu par la conquête militaire et le djihad n’est pas seulement défensif. Il peut aussi être offensif.

Mais n’est-ce pas complètement immoral ? N’est-ce pas complètement barbare et contraire à la liberté religieuse ?

Laissez-moi vous poser une question.

Êtes-vous d’accord avec les Conventions de Genève ? Acceptez-vous la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies ? Acceptez-vous l’idée que les organismes internationaux ont le droit de faire respecter certaines normes de justice dans le monde entier ?

Si vous répondez “oui”, alors vous n’êtes pas vraiment un partisan de la liberté religieuse. Vous pouvez penser que vous l’êtes, mais c’est uniquement parce que lorsque vous entendez le mot “religion”, vous pensez à des choses comme le christianisme, le judaïsme, l’islam, l’hindouisme ou le bouddhisme.

Mais pourquoi ne pas envisager la religion en termes plus larges ? Parce qu’en fin de compte, la religion n’est-elle pas simplement un ensemble de valeurs et de croyances sur la nature du monde, sur le bien et le mal, sur la condition humaine ?

Si nous définissons la religion de cette manière plus large, alors des choses comme les Conventions de Genève ou la Déclaration des droits de l’homme ou ces différentes normes internationales peuvent être considérées comme constituant ou représentant un type de “religion” qui ne dit pas son nom.

Pour plus de clarté, pourquoi ne pas donner un nom à cette religion moderne représentée par la Déclaration des droits de l’homme des Nations unies, les Conventions de Genève et toutes ces normes laïques modernes qui sont imposées dans le monde entier. Pourquoi ne pas appeler cette religion “Occidentalisme” ?

Et je pense que c’est un nom approprié parce que l’Occident se considère souvent comme meilleur, plus éclairé, plus civilisé, avec la charge de civiliser et de développer le reste du monde à travers ses valeurs et ses normes de bien et de mal, et de justice. Appelons donc cela l’Occidentalisme.

Vous vous souvenez, il y a quelques secondes, que vous avez peut-être dit que vous acceptiez les Conventions de Genève et la Déclaration universelle des droits de l’homme et tout le reste ? Eh bien, cela signifie que vous êtes un adepte et un croyant de l’Occidentalisme et que non seulement vous êtes un croyant de cette religion, mais que vous pensez également que cette religion doit être répandue par l’épée. Comment l’ONU peut-elle s’assurer que les pays respectent ces réglementations si ce n’est par la force ? Pour faire respecter la loi, il faut par définition recourir à la force.

Les adeptes de l’Occidentalisme ont une manière très spécifique de répandre leur religion à travers le monde. Parfois, c’est par le biais de ce que les prêtres de l’Occidentalisme appellent des “sanctions diplomatiques”. En gros, ils affament les nations mécréantes, les privant économiquement de nourriture et de médicaments, créant toute cette souffrance jusqu’à ce que les mécréants se soumettent.

Si la famine n’amène pas les mécréants à se soumettre, alors les grands prêtres, les mollahs de l’Occidentalisme préconisent des mesures plus extrêmes. Dans leur langage, cela s’appelle “l’intervention militaire”. C’est la guerre sainte de l’Occidentalisme. Quel que soit le langage que vous voulez utiliser, au bout du compte, ceux qui mécroient à l’Occidentalisme doivent se soumettre de gré ou de force. C’est exactement pour cela que la religion de l’Occidentalisme domine le monde. C’est grâce à une main de fer qui maintient tout le monde dans le rang. L’évangile de l’Occidentalisme atteint tous les coins du globe à travers les médias, la musique, les films, les émissions de TV, les livres, les réseaux sociaux. L’Occidentalisme a aussi des missionnaires. Ils s’appellent des ONG et vont dans tous les pays qui ont besoin d’être éclairés par l’idéologie de l’Occident. Presque toutes les universités du monde ont l’Occidentalisme comme religion officielle.

Mais malgré tout ce contrôle et tout ce pouvoir, la chose la plus puissante de l’Occidentalisme est qu’il a convaincu le monde entier qu’il n’existe même pas.

Les principes de l’Occidentalisme sont (dans l’esprit des gens) synonymes de bonté, de justice, de sorte que les adhérents et les croyants de l’Occidentalisme ne reconnaissent même pas qu’ils suivent une religion très particulière, une théologie très particulière, une compréhension du bien et du mal, et de la nature humaine très particulière. Les adeptes de l’Occidentalisme pensent que toutes leurs valeurs et croyances sont simplement universelles. Ils ne reconnaissent même pas qu’il y a beaucoup de gens dans le monde qui ne croient tout simplement pas à ces mêmes valeurs, à cette même compréhension du monde, à cette même compréhension de ce qu’est un être humain et de ce que sont les droits humains spécifiques. Mais ces infidèles à l’Occidentalisme n’ont pas vraiment le choix. C’est soit se soumettre, soit être combattus.

Quelle est donc la différence entre l’Occidentalisme qui répand ses valeurs et ses croyances par la force à travers le monde entier et l’Islam ?

Les adeptes de l’Occidentalisme ne sont pas vraiment en désaccord avec l’idée de propager des lois et des principes par la force. Leur problème, c’est que l’Islam se propage de cette façon. C’est simplement un cas d’hypocrisie “moi j’ai le droit, toi non”. Les grands prêtres de l’Occidentalisme ont réussi à faire croire aux gens que la diffusion de leurs valeurs ne se fait pas par la force, alors que l’Islam diffuse ses valeurs par la force.

Mais en réalité, c’est à peu près la même chose.

La seule différence est que les adeptes de l’Occidentalisme veulent croire que leur religion et leur charia sont l’incarnation de la vérité et de la justice, alors qu’en réalité les musulmans savent que leur religion est l’incarnation de la vérité et de la justice. Je ne vais pas vraiment pouvoir prouver dans ce court article que l’Islam est le summum de la vérité et de la justice, ce n’est pas le but. Le but est de montrer que le jihad offensif n’est pas vraiment différent, d’un point de vue fonctionnel, de ce qui est considéré comme une pratique standard dans le monde actuel. C’est juste qu’une religion différente est diffusée de manière offensive.

Mais il y a une grande différence entre le jihad offensif dans l’Islam et le type d’intervention que nous trouvons dans l’Occidentalisme parce qu’historiquement, lorsque l’Islam s’est répandu par la conquête militaire de différentes parties du monde, ces lieux et ces villes ont fini par devenir des centres florissants de la pensée, de la culture et de la littérature islamiques et bien plus encore. Les musulmans ont conquis l’Irak, puis Bagdad est devenue la capitale du monde musulman. Les musulmans ont conquis la Perse et certains des plus grands érudits de l’Islam venaient alors de Perse. L’Islam a conquis l’Égypte, qui est également devenue un centre d’apprentissage et l’une des plus grandes universités de toute l’histoire du monde, l’université Al-Azhar, est née en Égypte.

Lorsque l’Occidentalisme se répand à travers le monde, lorsque la liberté et l’égalité de l’Occidentalisme sont apportées à tous ces pays pauvres du tiers-monde, ils ne s’épanouissent pas. Ils deviennent des décharges.

Maintenant, pour anticiper une objection, certains pourraient affirmer qu’ils ne veulent pas que leurs valeurs se répandent à travers le monde ou qu’ils ne croient pas vraiment aux Conventions de Genève ou aux Nations Unies ou quoi que ce soit d’autre. Bien. Allez-vous dire que s’il y a un pays où une minorité est opprimée, il ne devrait pas y avoir d’intervention ?

S’il y a un pays qui abuse systématiquement des femmes, des enfants ou d’une certaine race, vous ne pensez pas que ce pays devrait être confronté et que cette oppression devrait cesser ? Si vous ne le pensez pas, alors je dirais que vous êtes plutôt irrationnels et immoraux. Si vous croyez en la bonté et en la justice, alors vous devriez vouloir que la bonté et la justice se répandent. Mais la question se pose alors de savoir ce qu’est la bonté et ce qu’est la justice, et voici une conversation et un débat qui peuvent avoir lieu. Mais vous n’êtes pas en désaccord avec l’idée que la bonté doit être répandue et que les lois et les normes de justice doivent être appliquées et, comme nous l’avons dit, tout ce qui est appliqué nécessite la force.

C’est ainsi que nous pouvons aborder la question du jihad offensif dans l’Islam sans compromettre aucune de nos croyances islamiques ni jeter le Coran, la Sunnah et les oulémas à la poubelle.

Daniel Haqiqatjou (avec quelques adaptations).

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*