Le lobby LGBTQ+ arrive en Égypte

Quelqu’un a récemment attiré mon attention sur une chose qui m’a mis un coup sur la tête :

En Égypte, on parle actuellement d’homosexualité et de transsexualisme. Pas de manière académique ou abstraite, mais à cause de vrais Égyptiens comme Sara Higazi et maintenant Noor Selim, la fille d’un célèbre acteur égyptien.

Cela peut vous sembler naïf, mais je suis complètement abasourdie.

J’ai toujours pensé que les Égyptiens seraient bien trop égyptiens pour ce genre de bêtises. Cela peut sembler drôle, mais je suis vraiment sérieuse.

Les Égyptiens ont beaucoup de problèmes, bien sûr, mais un aspect de la culture égyptienne que j’ai toujours considéré comme acquis est un certain type de sens de la moralité sexuelle profondément ancré. Ce n’est pas que personne dans le pays ne commette jamais de péchés sexuels comme zina (fornication), mais plutôt que, généralement, les Égyptiens sont parfaitement clairs sur des choses comme la distinction entre les deux sexes, la logique et la nécessité des rôles distincts entre les hommes et les femmes, l’énormité de l’inconduite sexuelle en tant qu’acte haram et une répugnance naturelle saine pour la déviance comme le comportement homosexuel et transgenre !

Les Égyptiens n’ont pas ce subjectivisme occidental paralysant lorsqu’il s’agit de ces choses, ils savent avec certitude que certaines choses sont objectivement bonnes et d’autres objectivement mauvaises. Tout n’est pas “relatif” ou “nuancé”.

Mais les temps sont en train de changer.

Le modernisme se répand comme la peste par l’impérialisme intellectuel occidental. Même dans les sociétés très traditionnelles et les pays à majorité musulmane comme l’Égypte.

Même des idées qui contredisent de manière flagrante les coutumes et traditions sociales ancestrales dans le monde arabe, comme le sont les LGBTQ, commencent à percer. L’agenda homosexuelle internationaliste est agressif et ambitieux.

La fille transgenre d’Hisham Selim

Il s’agit d’une photo d’un célèbre acteur égyptien des années 80 et 90, Hisham Selim. Je me souviens vaguement de cet acteur de vieux films et feuilletons que mes proches regardaient à l’époque.

Assis à côté de lui, sa fille, Noura, vient d’annoncer publiquement qu’elle n’est plus Noura la fille, mais Nour le garçon.

Elle a un peu de barbe sur le visage, des poils sur le corps, une voix masculine profonde et, bien sûr, des vêtements d’homme.

Au départ, son père a essayé d’insinuer que son enfant était hermaphrodite et qu’il avait simplement choisi le sexe le plus dominant : le mâle. Mais plus tard, le père et l’enfant ont tous deux affirmé qu’elle avait toujours été physiquement une femme à part entière. C’est seulement qu’elle “s’est toujours sentie comme un garçon”. Elle est donc devenue un homme. C’est aussi simple que cela.

Lors d’une émission de télévision, un animateur TV a demandé au père s’il avait consulté la religion à propos de cette décision. Voici sa réponse :

“Non, je n’ai pas consulté la religion. Parce que cela (la transsexualité de sa fille ?) pourrait être une très mauvaise chose. Et je répète encore une fois que c’est notre Seigneur qui va nous demander des comptes. Nous ne pouvons pas juger qui que ce soit. Et personne n’a le droit de me juger ou de juger mon fils juste parce qu’il pense qu’il est meilleur que lui.”

L’affaire Sara Higazi

Sara Higazi était une Égyptienne militante LGBTQ (certains disent qu’elle était elle-même lesbienne) qui a hissé un drapeau arc-en-ciel lors d’un concert très fréquenté, pour cela elle a été emprisonnée pendant deux mois pour avoir tenté de répandre l’immortalité dans la société. À sa libération, elle s’est enfuie au Canada où elle a poursuivi son programme LGBTQ, et s’est finalement suicidée. Elle a laissé une lettre de suicide, blâmant le monde entier pour tout.

La maladie du “ne me jugez pas/ Seul Dieu peut me juger”, moderniste et laïque a, semble-t-il, atteint l’Égypte.

Allah nous suffit et il est notre meilleur Garant.

Umm Khalid

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*