Le poison du libéralisme

Si vous tentiez d’avertir les musulmans occidentalisés en leur disant “ne bois pas ce poison, il risque de te tuer !” un pourcentage significatif d’entre eux vous répondrait qu’il ne faut pas être si alarmiste à propos du poison, qu’il y a certains aspects positifs au poison, qu’il ne faut pas être extrémiste ou réactionnaire en décrivant tous les poisons de la même manière, que le juste milieu de l’Islam n’accepte pas totalement le poison mais ne le rejette pas totalement, etc.

Le libéralisme, le sécularisme et le féminisme sont plus mortels que du poison. Vous pouvez toujours perdre votre temps à tenter de me convaincre que je devrais être plus modéré dans mon jugement.

Pendant ce temps là, en Egypte entre 2011 et 2016 nous sommes passés de 84% de la population soutenant l’importance de la Charia a seulement 34%. Dans tout le monde musulman, la Salat est abandonnée en masse, la fornication se répand et les gens apostasient de toute part.

Mais ça doit être une coincidence n’est-ce pas ? Tout ceci n’a probablement rien à voir avec le fait que ces idéologies répugnantes se répandent à travers les réseaux sociaux, la télévision et les programmes gouvernementaux mis en place par les gouvernements sécularisés aux 4 coins du monde musulman dans leur objectif clairement affiché de “modernisation”;

Continuez à faire l’autruche. Dans dix ans, quand l’Islam aura été abandonné par une génération entière (voir deux ou trois), vous pourrez regarder en arrière et admirer l’utilité d’avoir prêché un Islam “nuancé” et “mesuré”.

Daniel Haqiqatjou

 

Auteur de l’article : Rayan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *