Le wahhabisme

Les Wahhabites ne constituent certainement pas une secte séparée. Car une « secte » présupposerait l’existence de certains articles de foi différents qui distingueraient ses adhérents de la grande masse des autres croyants. Dans le wahhabisme, en effet, il n’y a pas: de doctrine particulière ; au contraire, ce mouvement fut une tentative de supprimer toutes les excroissances et doctrines rajoutées qui, au cours des siècles, s’étaient développées autour des enseignements originaux de l’Islam, et, de la sorte, de restaurer le message authentique du Prophète. Il y eut certainement, dans cette attitude de clarté sans compromission, une grande tentative qui aurait pu libérer l’Islam de toutes les superstitions qui l’avaient obscurci. Et tous les mouvements de renaissance dans l’Islam moderne – le mouvement Ahl-i-Hadith en lnde, le mouvement Senoussi en Afrique du Nord, l’œuvre de Jamal ad-Din al-Afghani et celle de l’Egyptien Muhammad Abduh – procèdent directement de l’élan spirituel donné au XVIIIe siècle par Muhammad ibn Abd al-Wahhab. Mais le développèrent de son enseignement dans le Nadjd a souffert de deux défauts qui l’ont empêché de devenir une plus grande force spirituelle. L’un de ces défauts est l’étroitesse avec laquelle il limite presque tous les efforts religieux à une observation littérale des prescriptions, négligeant la nécessite d’en pénétrer le contenu spirituel. L’autre défaut tient au caractère arabe lui-même et notamment à cette tendance à l’intolérance et a l’autosatisfaction ne reconnaissant a personne le droit d’être d’un avis diffèrent ; c’est une attitude aussi caractéristique du véritable Sémite que l’est son exact oppose, le relâchement en matière de foi. Il est tragique de voir que les Arabes doivent toujours osciller entre ces deux pôles et ne sont jamais capables de trouver le juste milieu. Autrefois – il y a quelque deux siècles – les Arabes du Nadjd étaient intérieurement plus éloignés de l’Islam qu’aucun autre peuple du monde musulman. Mais depuis Muhammad ibn Abd al-Wahhab, ils se sont regardés eux-mêmes non seulement comme les champions de la foi, mais presque comme ses seuls détenteurs.

Le sens spirituel du wahhabisme – aspiration a un renouveau intérieur de la société musulmane – commença de se corrompre presque au même moment où son objectif extérieur – instauration d’un pouvoir social et politique – était atteint avec l’établissement du royaume saoudite a la fin du XVIIIe siècle et son expansion sur la plus grande partie de l’Arabie au début du XIXe. Dès que les disciples de Muhammad ibn al-Wahhab eurent installé leur pouvoir, l’idée qui était à la base du mouvement se momifia. Car l’esprit ne peut pas être le serviteur du pouvoir et le pouvoir n’aime pas être le serviteur de l’esprit.

L’histoire du Nadjd wahhabite est celle d’une idée religieuse qui s’éleva d’abord sur les ailes de l’enthousiasme et de la ferveur puis tomba ensuite dans les basses terres de l’autosatisfaction pharisaïque, car toute vertu se détruit elle-même dès qu’elle cesse d’être sincérité et humilité : Harut et Marut !

Le chemin de la Mecque. Muhammad Asad p 150-151

Auteur de l’article : Rayan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *