Les dernières volontés de cheikh Al Albani

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux…

Tout d’abord, je conseille à ma femme, à mes enfants, à mes amis et à tous mes bien-aimés, lorsque la nouvelle de ma mort leur parvient, de supplier Allah, en lui demandant son Pardon et sa Miséricorde pour moi. Je leur demande de ne pas pleurer sur moi ni de crier d’une voix élevée.

Deuxièmement, je leur demande de hâter mon enterrement. Je leur demande aussi de ne pas informer mes proches ou mes frères, sauf ce qui est nécessaire pour me préparer à l’enterrement. Je leur demande aussi de permettre que mon corps soit lavé par mon voisin et ami sincère, ‘Izzat Khidr Abou ‘Abdir-Rahmaan, et par quiconque il demande de l’aider à le faire.

Troisièmement, je choisis d’être enterré à l’endroit le plus proche possible, afin que ceux qui me portent ne me mettent pas dans une voiture, et que les suiveurs de la janaazah (funérailles) ne montent pas dans leur voiture. Je demande aussi que le cimetière soit ancien, pour que ses tombes ne soient pas exhumées…

…Et pour ceux qui vivent dans la terre où je meurs, je vous demande de ne pas faire une priorité d’informer mes enfants des autres terres jusqu’à ce que je sois enterré. C’est pour éviter que les émotions ne vous submergent, et qu’en conséquence ma janaazah soit retardée.

Je demande à Al-Mawlaa (Allaah) que je le rencontre et qu’il me pardonne mes péchés passés et ceux que je n’ai pas encore commis (au moment où j’écris ces lignes)…

…Je lègue ma bibliothèque entière, chaque livre imprimé, chaque copie et chaque manuscrit (de mon écriture ou de celle de quelqu’un d’autre) à la bibliothèque de l’Université Islamique de Médine. Cela est dû à mes nombreux souvenirs de cet endroit, la da’wah au Coran et la Sunna sur le chemin des pieux prédécesseurs dont je me souviens des années où j’y enseignais.

J’espère qu’Allah le fera profiter aux leaders de la da’wah, comme son propriétaire en faisait profiter les étudiants autrefois. Et je demande qu’Allah me fasse bénéficier par eux, de leur sincérité et de leur travail dans la da’wah.

( O mon Seigneur ! Rends-moi reconnaissant pour la faveur que Tu m’as accordée, ainsi qu’à mes deux parents, et fais de moi un homme qui fait les bonnes actions que Tu aimes. Et corrige ma progéniture pour moi. Je me repens à toi, et je suis du nombre des musulmans. )

Muhammad Naasirud-Deen Al-Albaani
Le 27 de Jumaadaa Al-‘Oulaa, 1410

(26 décembre 1989)

Qu’Allah lui fasse miséricorde, Amin !

 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*