Les idéologies à la mode

Au XXe siècle, le communisme était très populaire auprès d’une partie des universitaires musulmans. Pour ces musulmans, le communisme représentait le sommet de la justice. Il représentait l’apogée de la civilisation mondaine, car l’URSS était alors au top. Ces universitaires musulmans ont donc écrit avec ferveur sur la nécessité pour les musulmans d’adopter le communisme et sur le fait que le véritable islam était communiste en son cœur. Ils interprétaient le Coran et les hadith sous cet angle, en désignant les versets sur la zakat et la sadaqah comme des directives divines contre la propriété privée.

Bien sûr, il y avait de nombreuses parties de la loi islamique qui prenaient pour acquis certaines relations de propriété, mais comme elles étaient en conflit avec le communisme, les communistes musulmans ont attaqué le fiqh, l’ont qualifié d’arriéré, d’injuste et rien de plus qu’une déformation capitaliste de la vraie religion de Dieu. Les oulémas classiques ne servaient évidemment que leurs propres intérêts en tant que propriétaires, alors ils ont créé le fiqh pour faire avancer leur programme bourgeois et opprimer la classe ouvrière.

D’autres musulmans de l’époque s’y sont opposés, ont percé des trous dans leurs arguments, ont défendu les oulémas contre leurs calomnies. Après avoir été repoussés intellectuellement et collectivement, ces musulmans sont devenus peu à peu plus extrêmes jusqu’à ce qu’ils décident de quitter complètement l’islam. Marx n’a-t-il pas dit que la religion était l’opium du peuple ? Ces musulmans traditionnels n’ont-ils pas rejeté la justice claire du communisme et les idées du matérialisme historique ? C’est l’islam lui-même qui doit être le problème.

Ils sont donc devenus apostats et ont dénoncé l’islam et la stupidité des moutons musulmans qui le suivaient aveuglément. Malgré tout, ils espéraient vivement que, dans un avenir proche, la lumière du communisme surmonterait les ténèbres de la tradition islamique et que le monde musulman tout entier les suivrait dans les lumières.

Peu de temps après, le communisme a cessé d’être à la mode. L’URSS est tombée. À la fin du XXe siècle, personne ne se souvenait de ce que ces gens avaient écrit ou préconisé. Leur mouvement a été jeté dans les toilettes de l’histoire.

Aujourd’hui, les SJW, les musulmans libéraux – qui appellent ouvertement et avec militantisme à la corruption et à la désobéissance, qui calomnient éhontément les oulémas et qui sèment la confusion dans le cœur des musulmans – sont exactement sur la même voie. Qu’Allah accélère leur destin !

Daniel Haqiqatjou

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*