Les musulmans et le changement climatique

Le changement climatique est le problème le plus grave auquel nous sommes confrontés aujourd’hui – plus grave encore que la menace du terrorisme.

C’est ce qu’a déclaré Sir David Anthony King, ancien conseiller scientifique en chef du gouvernement britannique et chef du Government Office for Science d’octobre 2000 au 31 décembre 2007.

Les souffrances humaines potentielles provoquées par les effets directs du réchauffement climatique sont catastrophiques !

Le réchauffement des océans de la planète augmente leur volume, tandis que les calottes glaciaires polaires ont commencé à fondre et que les glaciers du monde entier se rétrécissent. La combinaison de ces changements fait monter le niveau de la mer. Les systèmes côtiers et les zones basses subiront de plus en plus d’impacts négatifs tels que la submersion, les inondations côtières et l’érosion côtière.

Les phénomènes météorologiques extrêmes comme les vagues de chaleur, les sécheresses, les fortes pluies et la neige, les tempêtes et les inondations deviennent plus fréquents ou plus intenses.

En Europe, la région méditerranéenne devient plus sèche, ce qui la rend encore plus vulnérable à la sécheresse et aux incendies de forêt. L’Europe du Nord, quant à elle, est de plus en plus humide et les inondations hivernales pourraient devenir fréquentes et devraient entraîner des changements importants dans la qualité et la disponibilité des ressources en eau.

Le manque d’eau douce potable est appelé à devenir la principale source de conflit sur notre planète, avec un potentiel de souffrances humaines indicibles. De nombreux pays pauvres sont parmi les plus vulnérables au changement climatique, mais ils disposent également des ressources les plus faibles pour faire face à ses effets.

Le réchauffement de la planète sera probablement la principale cause de l’extinction d’espèces au cours du siècle. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat affirme qu’une hausse moyenne de 1,5 °C pourrait mettre en péril de 20 à 30 % des espèces. Si la planète se réchauffe de plus de 3 °C, la plupart des écosystèmes auront des difficultés.

Certains croient même que la fonte enragée des calottes glaciaires aura un effet dramatique sur la fragile croûte terrestre et entraînera une augmentation des tremblements de terre et de l’activité volcanique.

Selon de nombreux médias (surtout aux USA), vous pouvez imaginer que l’hypothèse selon laquelle l’homme est à l’origine du changement climatique et du réchauffement de la planète est controversée ou même fantasmée. Ce n’est pas la position de la grande majorité des scientifiques et des experts dans ce domaine.

D’un point de vue scientifique, nous sommes aussi certains que les humains sont responsables de nos récents changements climatiques que nous le sommes que la cigarette tue. Les climatologues s’entendent pour dire que les changements climatiques se produisent ici et maintenant. Sur la base de preuves bien établies, environ 97 % des climatologues ont conclu que le changement climatique causé par l’homme est en train de se produire.

L’Association américaine pour le progrès de la science a lancé un appel à agir singulièrement brutal contre le changement climatique. Comme l’a expliqué le climatologue Lonnie Thompson en 2010 :

“Les climatologues, comme les autres scientifiques, ont tendance à être un groupe impassible. Nous ne sommes pas habitués aux divagations théâtrales sur la chute du ciel. La plupart d’entre nous sont beaucoup plus à l’aise dans nos laboratoires ou dans la collecte de données sur le terrain que dans les interviews que nous donnons aux journalistes ou que dans nos interventions devant les commissions du Congrès. Pourquoi alors les climatologues s’expriment-ils sur les dangers du réchauffement climatique ? La réponse est que nous sommes presque tous convaincus que le réchauffement de la planète représente un danger clair et présent pour la civilisation.”

D’autres ont émis l’hypothèse que toute la question du changement climatique est inventée ou exagérée par les gouvernements comme prétexte pour augmenter les impôts et adopter des lois visant à réduire les libertés civiles et à imposer un contrôle accru de l’État. Bien que de nombreux gouvernements aient fait exactement cela, cela ne signifie pas que la menace du réchauffement climatique n’est pas réelle. En fait, les conséquences du réchauffement de la planète sont en effet susceptibles d’aggraver l’instabilité et l’agitation dans le monde et d’agir en tant que catalyseur d’un contrôle accru du gouvernement, ce qui devrait motiver toutes les personnes épris de liberté à essayer d’y mettre un terme.

Il y a deux raisons pour lesquelles le réchauffement climatique n’est pas susceptible d’être une conspiration. Tout d’abord, le consensus presque complet des scientifiques dans ce domaine. Bien que la science ne soit pas à l’abri de l’influence et du contrôle, la méthode d’examen par les pairs des théories et des données et l’ouverture générale de la communauté scientifique rendent encore ce scénario improbable lorsqu’il est appliqué à un consensus virtuel.

Deuxièmement, la question du changement climatique fait l’objet d’avertissements depuis plus de trente-cinq ans, la plupart du temps par des gens qui étaient souvent très hostiles à un État trop présent. En fait, il est prouvé qu’une campagne bien coordonnée et bien financée menée par des scientifiques, des groupes de réflexion et l’industrie de l’économie de marché a créé un brouillard paralysant de doutes sur le changement climatique. Par le biais de publicités, d’éditoriaux et de lobbying, l’attention des médias a été largement financée par l’industrie de l’énergie ! En effet, une analyse menée par The Carbon Brief en 2011 a révélé que 9 des 10 auteurs les plus prolifiques qui mettent en doute le changement climatique ou s’y opposent ont des liens avec la compagnie pétrolière ExxonMobil.

Greenpeace a déclaré que les industries Koch, un acteur majeur de l’industrie des carburants et l’une des plus grandes entreprises privées en Amérique, ont investi plus de 50 millions de dollars au cours des 50 dernières années pour faire naître le doute sur le changement climatique. Cela n’est guère surprenant puisque le principal catalyseur du changement climatique d’origine humaine a été identifié comme étant la consommation de combustibles fossiles. Les changements dans l’agriculture avec la déforestation intensive et l’augmentation de la désertification, ainsi que l’augmentation du bétail, sont considérés comme les principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre, notamment le méthane.

 

ALORS QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Je me souviens qu’il y a quelques années, lorsque je travaillais comme chauffeur de taxi dans le sud de Londres, j’ai appris qu’un de mes passagers faisait partie de l’équipe de direction de Greenpeace. Je me souviens très bien de la conversation :

– Je dois dire que je vous respecte vraiment. Certaines des choses que vous faites pour sensibiliser les gens sont étonnantes.

– Merci, c’est gentil à vous de le dire.

– Non, je le pense vraiment. L’environnement est une question tellement importante. La façon dont notre planète est détruite par le réchauffement climatique, la pollution des mers et de l’atmosphère, la destruction des espèces… c’est un problème auquel nous devons faire face.

– Bien sûr, c’est la raison d’être de Greenpeace !

– Oui, bien sûr, mais je pense que vous faites partie du problème, pas du remède !

– Jusque-là, mon passager était assis relax à l’arrière de ma cabine, mais après ça il s’est redressé. Je pouvais voir le choc sur son visage.

– Que voulez-vous dire ?

Il avait l’air perplexe.

– Tout ce que vous faites, aussi courageux soit vos actions, c’est de tenter de régler des problèmes. Sauver la baleine, sauver la forêt tropicale, arrêter de déverser des produits chimiques dangereux, mais ce sont des symptômes de la maladie. Vous faites croire aux gens qu’en arrêtant ces choses, ils vont faire une différence. Ils donnent donc de l’argent, pensent qu’ils font quelque chose pour l’environnement, mais pendant que la vraie maladie, le cancer, est toujours présent. Vous faites partie du problème parce que vous couvrez les symptômes, mais cela signifie que le problème fondamental est ignoré.

– Quel est le vrai problème ?

– C’est notre façon de vivre. C’est l’idéal du consumérisme, on nous enseigne que posséder toujours plus de choses matérielles est le chemin du bonheur. C’est la vraie maladie.

– Eh bien, je suis d’accord, en fait, nous commençons à discuter exactement de ces questions, mais quelle est votre solution alors ?

– Eh bien, je sais que cela va paraître improbable, mais je crois que la solution est la religion de l’Islam !

– Continuez….

– C’est parce que nous nous sommes détournés de notre Créateur, que nous avons perdu notre but, que nos âmes cherchent la satisfaction dans la matière. Mais nous ne pouvons jamais le trouver là-dedans, alors nous consommons de plus en plus, espérant qu’en possédant ceci ou cela, on sera plus heureux, mais nous ne sommes jamais comblés. Je suis sûr que vous savez mieux que moi que ce sont nos sociétés de consommation occidentales qui détruisent le monde, causant la pollution et la destruction. Ce n’est que lorsque nous comprenons le véritable but de notre vie et que nous nous soumettons à la volonté de notre Créateur que nous pouvons trouver le vrai bonheur. Voyez comment tout suit les lois, les modèles et les systèmes établis pour eux par le sage Créateur. Ils se soumettent tous à Dieu. Ce n’est que lorsque nous suivrons nous aussi les directives, le système et les modèles établis par le Créateur que nous pourrons également être en harmonie avec l’Univers et le monde qui nous entoure.
De plus, l’Islam enseigne que nous sommes responsables et redevables de tout ce que nous faisons. Nos corps, notre santé, nos vies, nos richesses, la planète et tout ce qui s’y trouve nous a été confié, et Allah va nous demander ce que nous en avons fait. C’est la vraie solution. Nous devons changer complètement notre façon de penser !

Nous sommes arrivés à l’aéroport.

– “J’aimerais que tu me conduise jusqu’en Écosse parce que je pourrais vraiment te parler toute la journée !” a-t-il dit.

Et c’est là qu’on s’est séparé.

Pour en revenir au sujet, rien qu’en étant musulman, vous êtes déjà sur la première et la plus importante étape pour être à l’écoute et vivre en harmonie avec votre environnement. L’univers entier est dans un état de soumission aux lois de son créateur. Le mot même “musulman” signifie quelqu’un qui se soumet à Dieu. Dans ce sens spirituel profond, un musulman est en harmonie avec l’univers.

Les musulmans savent que ce monde est un test, une prison pour les croyants. Vous savez que faire des bonnes actions et obéir à votre Seigneur est le vrai chemin vers le bonheur et le succès, et comme vous vivez et sentez cela, vous vous contentez de ce qu’Allah vous a donné et êtes heureux de ce qui suffit à vos besoins les plus élémentaires. C’est ainsi que nous pouvons penser d’une manière complètement différente de l’esclavage de la consommation qui détruit en partie notre monde.

Allah et Son messager nous ont mis en garde contre le gaspillage et l’excès :

les gaspilleurs sont les frères des diables; et le Diable est très ingrat envers son Seigneur. Le Coran, 17:27

Abdullah ibn Amr rapporte que le Prophète (paix et bénédictions soient sur lui) est passé un jour devant Sa’d ibn Abi Waqas pendant qu’il faisait le wudu’ (lavage rituel des parties du corps en préparation pour la prière). Le prophète demanda à Sa’d : “Pourquoi ce gaspillage ?” Sa’d répondit : “Y a-t-il aussi du gaspillage dans le woudou ?” Le Prophète dit : “Oui, même si vous êtes près d’une rivière.” (Ahmad)

Donc, même quand il y en a beaucoup, nous devons veiller à ne pas gaspiller ! Être musulman, c’est en partie être conscient et attentif du fait que l’on est responsable.

En fin de compte, tous les problèmes qui dépassent l’humanité viennent de cœurs malades. Des cœurs qui sont détachés de leur véritable but qui est de connaître et de se souvenir d’Allah, car c’est en cela seulement que les cœurs trouvent le repos. Il est donc inévitable que lorsque l’humanité est éloignée de son Seigneur, des maux émergent :

La corruption est apparue sur la terre et dans la mer à cause de ce que les gens ont accompli de leurs propres mains; afin qu’Allah leur fasse goûter une partie de ce qu’ils ont œuvré; peut-être reviendront-ils (vers Allah). Le Coran, 30:41

Quand nous nous tournons vers d’autres qu’Allah et mettons en place de faux objets en dehors de Lui, dans lesquels nous plaçons notre espoir, notre confiance et notre amour, nos cœurs se corrompent et la terre sur laquelle nous habitons tombe aussi dans la corruption.

La solution est alors de retourner vers notre Seigneur. Les cœurs sont alors remplis de la paix et de la tranquillité auxquelles ils aspirent.

Ce sont des cœurs vides et corrompus qui détruisent notre monde et ce ne sont que des cœurs entiers et comblés qui peuvent le réparer.

Le remède pour les cœurs est une connexion vivante, vibrante et réelle avec notre Créateur, pas simplement une simple émulation rituelle passive de celui-ci.

Bien sûr, beaucoup soulignent que les consommateurs et les producteurs les plus excessifs de CO2 sont en fait des musulmans. Ce n’est cependant pas la manière correcte de juger l’Islam lui-même. Il y a de nombreuses raisons à cet écart entre la prétention d’être musulman et la réalité de ce qu’elle implique. Une partie du problème que connaît le monde musulman est de suivre une ombre rituelle creuse de l’Islam. Si nous ne faisons que passer par les mouvements des actes d’adoration extérieurs sans absorber leur dynamique intérieure, nous ne changerons rien. Nous pouvons prendre comme métaphore les habitants des îles du Pacifique Sud qui ont vu les Japonais et les Américains construire des pistes d’atterrissage et voler avec des cargaisons de nourriture, de vêtements et de machines. Ces insulaires construisent des pistes d’atterrissage et des tours de contrôle et même des avions en pensant qu’en imitant ces apparences extérieures, ils feraient arriver cette richesse comme par magie ! De nombreux musulmans ont une approche similaire des rituels de l’islam. Ils font des prières sans comprendre un mot. Ils jeûnent en s’abstenant de manger et de boire, mais ne laissent pas le mal dans leurs paroles et leurs actes. Le Prophète (paix et bénédictions soient sur lui) dit :

Quiconque n’abandonne pas la parole mensongère et les comportements offensants, Allah n’a pas besoin qu’il abandonne sa nourriture et sa boisson. [Sahih al-Bukhari]

C’est une déclaration très profonde, à laquelle nous devrions réfléchir en ce qui concerne tous les rituels de l’islam. Ces rituels extérieurs ont un but intérieur. L’Islam doit vivre intérieurement et extérieurement. Ce n’est qu’alors qu’elle deviendra le remède aux maux qui assaillent notre monde.

 

QUELQUES MESURES PRATIQUES :
Nous avons le remède, mais cela ne veut pas dire qu’il faille oublier de faire disparaître les symptômes ! Nous ne devrions jamais laisser l’immensité d’une question nous accabler d’inaction et d’apathie. Un musulman doit se rendre compte qu’Allah a le pouvoir sur toutes choses et que ce qu’Il veut de nous, c’est l’effort, et qu’il n’est jamais trop tard pour faire cet effort aussi petit soit-il !

Bien que les vraies solutions consistent à apporter des changements réels et significatifs dans notre façon de penser, les petites actions pratiques ne doivent jamais être négligées. Anas (qu’Allah soit satisfait de lui) rapporte que le Prophète (paix et bénédictions soient sur lui) a dit:

Si l’Heure (le jour de la Résurrection) est sur le point d’être établie et que l’un de vous tenait une pousse de palmier, qu’il en profite même une seconde avant que l’Heure ne soit établie pour la planter.

Il s’agit d’un petit pas simple et pratique, et même savoir que la fin est imminente ne doit pas empêcher de le faire. C’est parce qu’en fin de compte, nous sommes responsables devant Allah, et ce sont nos efforts sincères et nos intentions qui sont importants. Nous ne devons pas toujours nous attendre à voir les fruits de nos efforts immédiatement.

C’est un devoir pour les musulmans de faire connaître aux gens la véritable solution au changement climatique et aux autres maux qui assaillent notre monde et de partager nos idées, ainsi que de prendre des mesures concrètes pour faire ce que nous pouvons pour prévenir cette catastrophe.

Craignez Allah, donc autant que vous pouvez, écoutez, obéissez et faites largesses. Ce sera un bien pour vous. Et quiconque a été protégé contre sa propre avidité… ceux-là sont ceux qui réussissent. Le Coran, 64:16

Abdurraheem Green

Auteur de l’article : Rayan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *