Les mythes concernant l’instruction en famille

Mythe n°1 : La socialisation

Qu’est-ce que la socialisation ? Pensez-vous que forcer des enfants à se mettre ensemble dans une classe est de la « socialisation » ? C’est simplement une réunion forcée.
La socialisation est le processus qui consiste à apprendre comment se comporter d’une manière acceptable en société.

Première question : est-il nécessaire que votre enfant aille à l’école pour apprendre la politesse et le respect d’autrui ?

Deuxième question : est-ce que les enfants apprennent vraiment la politesse et le respect d’autrui à l’école ? Non, ils apprennent certains bons comportements et beaucoup de mauvais. En ZEP c’est beaucoup plus de mauvais, comme nous l’avons vu précédemment.

Précisons quelque chose qui vous aura certainement sauté aux yeux : nous vivons dans une société non-musulmane, ce qui est acceptable ou inacceptable dans cette société n’est pas ce qui est acceptable dans notre religion. Par exemple : porter un hijab pour une femme ou prier cinq fois par jour et sur son lieu de travail sont perçus comme des comportement inacceptable en France. A l’inverse, boire de la bière, avoir des relations sexuelles hors mariage, faire la fête, etc. sont perçus comme des comportements acceptables en France. Être totalement socialisé dans un environnement non-islamique peut donc créer de gros problèmes : le mal devient normal et le bien devient anormal.

De plus, le système en place fait que les jeunes sont socialisés ensemble et se détachent presque complétement du monde des adultes. Ils se créent même une « culture jeune », cette culture est nourrie par le monde de la mode, de la musique et des médias. Il y a une rupture entre les jeunes et les adultes alors qu’un jeune devrait apprendre à devenir un adulte. Cela créé des générations d’adulescents : des jeunes adultes irresponsables qui se comportent comme s’ils étaient toujours des ados.

En restant auprès de sa famille, un enfant pourra apprendre à devenir un vrai adulte de manière plus complète et plus rapide qu’en allant à l’école entouré de jeunes de son âge qui le tireront vers le bas et ralentiront son accomplissement en tant qu’être humain. D’ailleurs si vous comparez le système scolaire avec la vraie vie : à quelle moment un être humain passera du temps avec des gens qui ont exactement le même âge que lui ? Jamais. Pourquoi alors devrait-il passer toute son enfance (de 3 à 18 ans, voir plus) avec des jeunes de sa tranche d’âge ? Ce système n’est pas logique.

Avec l’instruction en famille, l’enfant peut découvrir le monde réel en allant au musée, à la bibliothèque, au parc, au magasin, au zoo, etc. Quand je repense à mon enfance, je repense à tout ce que j’ai raté. Je n’ai jamais fait les courses avec mes parents, je n’ai jamais préparé à manger, jamais appris à bricoler, rien. Être en famille était une corvée pour moi, nous n’allions presque jamais visiter la famille. Tout ce que je savais faire à mes 18 ans c’est tchatter sur les réseaux sociaux, jouer à la console et au foot, est-ce ça être un homme ?!

L’instruction à la maison est également super pour faire du sport, d’ailleurs beaucoup de sportifs de haut niveau font l’instruction à la maison pour cette raison. Ils n’ont pas le temps d’aller à l’école toute la journée. Sans aller jusqu’au sport de haut niveau, il est indéniable que l’instruction à la maison est parfaite pour la participation à tout un tas d’activités culturelles et sportives.

Pour toutes ces raisons, nous pouvons affirmer qu’il est totalement faux de dire qu’un enfant qui fait l’instruction en famille sera privé de toute socialisation. Il sera seulement privée des mauvais effets de la socialisation à l’école, et bénéficiera des bons effets de la socialisation avec la famille.

Mythe n°2 : vous n’êtes pas qualifié pour enseigner à votre enfant.

Tu n’as pas de diplôme d’enseignement donc tu n’as pas les capacités ?

Pour ce qui est de la première partie de la question, elle n’a pas vraiment à se poser pour tout ce qui vient avant le collège. En maternelle et en primaire, les élèves ont bien un enseignant pour toutes les matières. Si cette personne est capable d’enseigner à une classe de 15 à 30 élèves, pourquoi ne serions-nous pas capable de gérer notre petit classe de 1 à 7 élèves ?

Déjà il faut avoir en tête que le diplôme qu’on les enseignants (un master MEEF en France) ne sanctionne pas 5 années d’études, mais plutôt 2, les 2 ans du master. Avant cela, chaque enseignant a fait 3 années de licence dans un sujet qui n’a la plupart du temps aucun rapport avec le fait d’enseigner aux enfants. Ensuite dans le master MEEF à proprement parler, il y a en réalité très peu de pédagogie (comment s’occuper des enfants, comment leur enseigner) et de didactique (comment transmettre un savoir), le gros du travail d’une personne en master est de travailler sur l’obtention de son concours. Ce concours est basé sur les savoirs fondamentaux. Pour faire très bref, les personnes qui veulent devenir enseignant doivent montrer qu’ils ont un super niveau dans le domaine qu’ils veulent enseigner. Si une personne veut être prof de maternelle et primaire, son examen consistera essentiellement à montrer qu’elle a un niveau lycée en mathématiques, français, histoire-géo, etc. En ce qui concerne le master MEEF 2e degré (les professeurs de collège et lycée), si une personne veut être professeur d’histoire en collège/lycée, elle devra passer un examen qui montre son haut niveau de maitrise en histoire-géographie (un niveau bac +5), etc.

Maintenant, posez-vous la question suivante : est-il vraiment nécessaire d’avoir un niveau exceptionnel dans une matière pour pouvoir l’enseigner ? N’ai-je pas eu dans ma scolarité des professeurs hautement diplômé, mais qui pourtant n’ont pas su me transmettre leur savoir, par manque de tact, de pédagogie ou d’éloquence ?

Encore une fois, le système est vraiment mal fait, beaucoup de professeurs se plaignent d’ailleurs du manque de professionnalisation du master MEEF et du concours. Le niveau de connaissance requis pour avoir le concours est largement supérieur à ce qui est nécessaire pour enseigner, et à l’inverse les compétences fondamentales en matière de transmission du savoir et gestion d’enfants sont très peu travaillées.

Pour revenir à nous, en tant que parent, notre but en tant qu’enseignant à la maison ne sera pas partager NOS connaissances disciplinaires à nos enfants, le but est que nos enfants soient capables d’acquérir ces connaissances disciplinaires par eux-mêmes ou par différents moyens. Ceci demande simplement de l’organisation et de la méthodologie, car les ressources pédagogiques et disciplinaires sont présentes partout (en ligne, à la bibliothèque, avec le CNED, etc.) il n’y a pas besoin d’aller à l’école s’assoir pendant des heures en face d’un professeur pour avoir accès à ces ressources. Et je vais dire une chose qui peut vous sembler folle, mais c’est la réalité : vous pouvez réapprendre des choses que vous avez oublié (au moins pour les programmes de l’école primaire), simplement en les enseignant à vos enfants. Il ne faut pas voir cela comme quelque chose de rébarbatif ou embêtant, au contraire cela peut être amusant et enrichissant.

Enfin, l’idée qu’il faut absolument un professeur pour chaque matière est récente dans l’histoire de l’humanité et n’est pas innée, elle ne va pas de soi. Nous pensons comme cela par habitude, car nous avons grandi dans un État qui applique ce système depuis des générations. Il faut être capable de comprendre cela afin de sortir de la bulle dans laquelle le système veut nous enfermer. Ce n’est parce que l’État a organisé les choses comme cela, que c’est forcément la meilleure chose pour MES enfants. Si l’État a organisé les choses de cette manière c’est parce que c’est la meilleure chose pour LUI. L’école est l’institution de contrôle de la population par excellence, c’est à l’école que l’enfant apprend l’idéologie de l’État, l’obéissance et la soumission à l’autorité étatique. Les gens qui prêchent pour l’école publique ne font que prêcher pour la perpétuation du système, pas pour le bien être de vos enfants.

Mythe n°3 : vous êtes à la maison toute la journée ?

C’est faux, c’est à chaque parent de s’organiser pour que ses enfants aient des activités et des sorties régulières. Comme mentionné plus haut, beaucoup de sportifs font l’école à la maison justement pour pouvoir accorder plus de temps à leur pratique sportive.

De plus cet argument est assez cocasse, même si l’accusation était fondée (et elle ne l’est pas), en quoi allez s’assoir le popotin sur une chaise à l’école 5 à 8h par jour est meilleur que de rester chez soi toute la journée ? Au moins à la maison l’élève à le droit de se lever quand il le souhaite, d’aller faire ses besoins quand il le souhaite, etc.

Adapté des travaux d’Umm Khalid.

Suite prochainement in cha Allah

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*