Quel rôle pour le mari ?

Quel est le rôle du mari dans le mariage en Islam ? Donner une élaboration complète ne peut se faire sur les réseaux sociaux. Mais un aspect qui doit être souligné est l’autorité.
Allah a accordé au mari/père l’autorité au sein du mariage lorsqu’Il dit : “Les hommes sont qawwamun sur les femmes” dans Surat al-Nisa. En termes simples, être qawwamun signifie être responsable et avoir autorité sur quelqu’un. C’est aussi le type d’autorité qui implique de prendre soin, d’entretenir, de protéger et de gérer.
L’aspect de l’autorité d’être qawwam a été rabaissé ou carrément effacé dans le discours moderniste parce qu’il contrevient aux normes féministes “d’égalité”. Comment un sexe peut-il avoir autorité sur un autre ? L’autorité masculine n’est pas en phase avec l’égalitarisme de genre, donc, certains supposent qu’il s’agit d’une relique d’une époque barbare. Mais c’est le sens clair du message Divin, qui doit s’appliquer à toute l’humanité en tout temps jusqu’au Jour Dernier .

Les réformistes et les “progressistes”, cependant, ne se soucient pas de tout cela et exigent que toute la charia soit rejetée lorsqu’il s’agit de la famille et du mariage. C’est pourquoi elles se sont mobilisées dans le monde musulman par le biais d’ONG pour diffuser leurs conceptions féministes rétrogrades de la famille et du mariage et contraindre les musulmans à accepter leurs normes d'”égalité” et de “justice” (les organismes tels que Musawah sont particulièrement pernicieux et devraient être combattus par tous les musulmans).

Sur la base du message clair du Coran et de la Sunna, tous les exégètes et tous les juristes sans exception ont reconnu et continuent de reconnaître que l’un des droits centraux du mari est l’obéissance. Il y a, bien sûr, des limites à cette obéissance, par exemple, si les maris exigent la désobéissance à Allah. Mais, dans l’ensemble, dans le mariage, le mari et la femme ont des droits et des responsabilités, et l’obéissance est l’un des droits centraux du mari que les oulémas ont souligné en raison de son importance pour la réussite du mariage.

En dépouillant les maris de leur autorité, le discours moderniste fait du mari un serviteur peu apprécié de sa famille, il ne représente guère plus qu’un distributeur de billets. Ainsi, le mari doit fournir un revenu pour subvenir aux besoins de la famille et la femme n’a pas cette responsabilité. Dans la mesure où la femme gagne de l’argent, sa famille et certainement son mari n’ont pas droit à un sou. Mais TOUT ce qu’un mari gagne appartient à sa famille. Et si le mari s’imagine que ses contributions financières – qu’il a gagnées par sa sueur et ses larmes, par un travail pénible – lui donnent droit à un droit de veto ou à un minimum d’autorité, il se trompe grossièrement. Non ! L’égalitarisme entre les sexes signifie que les femmes ont au moins autant d’autorité que les hommes, sinon plus. En fait, les femmes devraient avoir plus d’autorité dans leurs mariages afin de compenser le “patriarcat” qui aurait privé les femmes de leurs droits pendant des siècles jusqu’à aujourd’hui. C’est un remboursement !

Malheureusement, les hommes modernes, y compris certains musulmans, ont intériorisé cette situation et le féminisme les a poussés à renoncer aux droits que Dieu leur a accordés. Pourquoi rejetteraient-ils par hasard ce que Dieu leur a accordé ? Est-ce qu’ils pensent qu’ils sont plus justes que Dieu ? Ou qu’ils sont plus miséricordieux que Lui ou plus aimables envers les femmes que Lui ?

Être une autorité ne signifie pas être un tyran. Il ne s’agit pas non plus d’être un crétin. Cela signifie être un leader, prendre en charge, diriger avec sagesse et courage. Le Prophète, paix et salut sur lui, en fournit le meilleur exemple ainsi que les Califes bien guidés. Et les femmes elles-mêmes sont attirées par les hommes qui possèdent ces caractéristiques de rajula, de bravoure et de leadership. Si elle avait le choix, la femme moyenne choisirait-elle d’épouser un homme qui est faible, tout doux, indécis, peu sûr de lui,, sans autorité ou un homme qui est fort, qui prend en charge, confiant, sage et qui se conduit avec fermeté, mais dont la résolution est soigneusement réfléchie ?

Peut-être que la valeur des hommes forts n’est pas apparente dans le contexte de la vie bourgeoise moderne dans laquelle beaucoup de gens sont retranchés. Mais si vous vous trouvez dans des temps troublés, loin des faux conforts de la classe moyenne, fondamentalement dans toute autre situation sans les filets de sécurité artificiels qui nous donnent un faux sentiment de sécurité et là, tout semblant d’égalité entre les sexes disparaît. On dit qu’il n’y a pas d’athées dans les trous de renard. Il faut aussi dire qu’il n’y a pas de féministes dans la nature sauvage. Il n’y a pas de féministes dans les zones de guerre. Il n’y a pas de féministes sur les navires en train de couler. Dans ces situations de danger mortel, on s’attend à ce que les hommes interviennent et mettent leur vie en danger. Il n’y a pas d’égalitarisme entre les sexes lorsqu’il s’agit de prendre une balle. Ou prendre un coup. C’est l’une des raisons pour lesquelles Allah a créé les hommes dans cette position d’autorité vis-à-vis du beau sexe. C’est la sagesse et la beauté de sa création et l’égalitarisme forcé des modernistes semble déformé et grotesque en comparaison.
Malheureusement, le discours moderniste confond le leadership masculin avec les maltraitances et la tyrannie. Etre un homme fort et décisif, c’est être un bourrin brutal et égoïste, infecté d’une “masculinité toxique”. C’est ainsi même que le langage de notre temps s’oppose aux hommes, aux maris et aux pères. C’est pourquoi beaucoup notent aujourd’hui la “Crise de la Masculinité”. Même les féministes déplorent cet état de choses, où les jeunes hommes occidentaux se suicident en masse et ceux qui ne mettent pas fin à leur vie, préfèrent une vie de célibataire, gaspillant leur vie dans des divertissements et de la pornographie inutiles plutôt que de s’engager avec une femme, de fonder une famille, d’établir une vie épanouissante. Ce que les féministes n’admettent pas, c’est que c’est leur féminisme qui a rendu la perspective de la famille si peu attrayante et qui a rendu le concept même d’être un homme tabou. Bien sûr qu’il y a une crise de masculinité ! Et c’est surtout le féminisme qui est à blâmer. Pourquoi les hommes choisiraient-ils une vie de servitude ingrate et d’abus ? Pourquoi les hommes choisiraient-ils d’être un paillasson pour des femmes qui veulent le beurre et l’argent du beurre, qui veulent tous les droits et aucune des responsabilités ? Quelle personne saine d’esprit opterait pour une telle vie ?

L’Islam fournit le juste équilibre entre les sexes étant donné la manière dont Allah a créé chaque sexe. En tant que musulmans, nous devons réapprendre ce que signifie être des hommes et des femmes au vrai sens du terme. Si nous voulons faire revivre la civilisation islamique, nous devons d’abord et avant tout faire revivre la famille musulmane et le chef de la famille musulmane est l’homme musulman. Nous avons besoin que nos hommes musulmans deviennent des hommes tels qu’ils puissent diriger leurs familles avec grâce, sagesse, générosité d’esprit et, par la même occasion, nous avons besoin que les femmes musulmanes deviennent des femmes telles qu’elles puissent soutenir leurs maris avec amour, obéissance et loyauté. Et tout cela, c’est l’adoration d’Allah et le fait de suivre les traces des prophètes.

Qu’Allah nous bénisse avec des époux et des enfants justes qui seront la fraîcheur de nos yeux. Qu’Allah répare les coeurs et rassemble les hommes et les femmes en tant qu’époux dans l’amour et la miséricorde.

Daniel Haqiqatjou

Auteur de l’article : Rayan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *